Du 22 au  29 octobre 2016, avec Benjamin Brasseur des Francas du Lot, nous avons organisé un échange européen réunissant 8 jeunes de Cajarc et alentours avec 8 jeunes polonais.

Le groupe s’est réuni au gîte de la flèche bleue à Orniac dans la vallée du célé pour vivre un temps d’échanges interculturels. Cette expérience était nouvelle pour la plupart des jeunes et des animateurs. Des jeux de coopération, des « energyzer », une activité escalade ainsi qu’une sortie au gouffre de Padirac ont permis de rapidement créer des liens entre les participants et de dépasser la barrière de la langue. Les jeunes ont pu échanger sur leur quotidien, s’étonner des différences mais aussi des points communs qu’ils partagent malgré les 2 500km qui les séparent.

Des « workshops » (temps de réflexion avec support ludique) ont permis d’échanger sur les stéréotypes, l’engagement, la citoyenneté et de définir les envies et besoins des jeunes sur leur territoire.
En deuxième partie du séjour, un atelier vidéo animé par Vahé a permis aux jeunes de réaliser des courts métrages qui mettaient en images le fruit de leur réflexion. Là encore, la coopération internationale était de mise et a abouti sur 3 courts métrages :
– un sur la représentation que les jeunes ont des adultes
– un sur comment les jeunes se sentent perçus par les adultes

– et un dernier sur les propositions des jeunes sur leur territoire ainsi que ce qu’apporte un échange européen;

Le séjour s’est conclu par une soirée projection débat ouverte aux parents. José Da Costa de l’association Arc en Ciel a animé une conférence populaire qui a permis aux 45 personnes présentes de débattre sur la place laissée aux  jeunes dans notre société.

Cette expérience a été très enrichissante pour les jeunes, leurs parents ainsi que pour les animateurs et la structure.

Elle a permis de faire ressortir des manques et des besoins exprimés par les participants :
Tout d’abord le manque de reconnaissance par les adultes, ou encore le sentiment d’être perçu comme individu ou groupe d’individus à problème, sans initiative, passif.

Les jeunes ont également souligné que les adultes n’avaient jamais le temps de les écouter. de les prendre en compte, de les considérer.

Ensuite le groupe s’est exprimé sur la vision qu’ils ont de leur territoire, certains ont repéré un manque de moyens de transport ainsi qu’un manque d’offres d’activités artistiques et culturelles.
Beaucoup réclament plus de diversité, plus d’interactions entre des personnes de différentes cultures, notamment plus de lien entre jeunes et adultes…

Pour la plupart, il est possible d’agir sur son territoire, et il n’est pas nécessaire d’attendre 18 ans avant d’être citoyen. Chez eux, la citoyenneté ne se résume pas au fait d’aller voter mais se caractérise par l’envie de s’impliquer dans les affaires de la cité ; une fois encore, il a été souligné que les jeunes ne pouvaient pas agir seuls, et que le soutient des adultes était nécessaire pour les aider à réaliser leurs projets.

En tant qu’animateurs, nous avons été surpris par la richesse des débats et la facilité avec laquelle le groupe a communiqué, a échangé, à réalisé également… Les jeunes ont su investir la place qui leur était offerte, s’exprimer et être porteurs, revendicateurs de valeurs fortes…
Après cet échange, nous souhaitons accompagner les jeunes dans la réalisation de leur projet, continuer de proposer des espaces d’expression entre jeunes de différentes régions, pays, cultures mais aussi des échanges entre différentes générations….
Séb et Ben